Oui, hier j’ai dit exactement le contraire, mais les circonstances ont changé.

Unité, lutte pour la liberté d’expression, tous ensemble pour les valeurs de la République, d’accord.

Mais
– défiler avec Netanayhu, qui il y a peu, a fait tuer 3000 civils palestiniens et qui la veille demandait aux juifs de France* de se désolidariser de la République Française en les invitant en Israël
– défiler avec Viktor Orban pour la liberté d’expression et contre le racisme
– défiler avec Lavrov pour la démocratie
– défiler Ali Bongo, Porochenko, etc.
Défiler avec ceux qui parlent de guerre, de luttes de civilisations, avec ceux qui demain à l’assemblée vont réclamer encore plus de lois liberticides, avec ceux qui dans les prochaines élections ne respecteront pas le pacte républicain et se serviront des attentats pour engranger les voix islamophobes, antisémites, racistes.

Je soutiens le Président, je suis militant et je soutiens un parti (enfin, le plus souvent).
Mais je suis un homme libre, je pense que mes actions m’engagent individuellement, et je ne suis pas un mouton, qui suit des directives.

Non, décidément, je n’irais pas marcher avec ces gens là.

* A la relecture, j’ai laissé cette expression car c’est celle qu’il a employée, mais pour moi ( et je l’espère pour eux) ce sont des individus de nationalité française et de religion hébraïque.

Publicités