Grille d’Analyse des résultats des Européennes

(Oui, c’est avant le vote, mais justement.)

Les municipales ont été sans contexte un revers pour la Gauche et le PS. Un message a été envoyé par les citoyens.

Le problème est que ce message n’a pas été compris de façon identique pour les différends protagonistes politiques:
– pour la Droite classique, c’est une victoire qui est la première pour la reconquête du pouvoir, sans qu’on sache vraiment ce qu’ils vont en faire, comme si l’élection de F Hollande était une erreur de lecture, une faute de frappe, une faute d’inattention qu’auraient pu faire les citoyens par étourderie.
– pour François Hollande, et la droite du PS, c’est le signe que les mesures prises n’ayant pas donné les résultats escomptés, il faut donc persévérer et accentuer ces mesures, en espérant que la croissance et la baisse de chômage soient au rendez-vous de 2017
– pour la gauche du PS et la gauche de la gauche de la gauche, c’est le signe que les français veulent changer de politique, ne pas réduire les déficits, augmenter les salaires, retraites et prestations sociales, relancer les industries bien polluantes et déficitaires comme les aciéries, diminuer le salaire et les dividendes des patrons, éventuellement les pendre à la lanterne.

Heureusement les Européennes, dégagées des enjeux locaux et nationaux, des controverses sociétales vont clarifier le débat sur tous ces points, en permettant de mesurer le niveau de chacun à l’intérieur de chaque camp.

D’abord la Droite: si l’UMP devance clairement le FN, cela indiquera que les français veulent que les dirigeants de la Droite classique, quel qu’ils soient, reviennent aux gouvernes. Mais si le FN est au même niveau que l’UMP, alors la victoire des municipales était une victoire en trompe-l’oeil, plus un rejet de Hollande et surtout de la crise qu’une adhésion à l’UMPet à ses dirigeants.

Pour la gauche, l’enseignement sera encore plus clair. Si le FdG et EELV ne progressent pas significativement par rapport à 2009, alors, c’est que les électeurs de gauche ne sont pas si hostiles à la politique de Hollande et Valls. Si au contraire; la somme des voix du FdG et de EELV est proche des voix du PS, cela indiquera que les électeurs de Gauche veulent plus de mesure bénéficiant aux plus démunis.
Quand je dis significativement c’est au moins 20% pour les verts (16% en 2009), et 15% pour FDG (12% pour FDG+NPA+LO en 2009). Je ne serais pas surpris que EELV récolte des voix du PS et des vrais écologistes, mais les péripéties liés au remaniement ne vont pas les avantager. Pour FdG, je serai beaucoup plus étonné.

J’en serais le premier ravi (étonné, mais ravi), car cela voudrait dire que la gauche dans son ensemble, avec le PS, serait à plus de 50% dans l’électorat. Je pouffe, comme disait Bedos (ou Désproges?).

Oui, le véritable enjeu des européennes, ce n’est pas çà. C’est, pour la première fois, la possibilité de faire élire le président de la commission de manière démocratique. Et le choix est entre Juncker, qui a toujours refusé la transparence des comptes bancaires du Luxembourg, et Martin Schulz. J’en entends déjà qui disent qu’il n’y a pas de différence.

C’est vous qui voyez.